Delly Sesanga : « la CENCO est la mieux qualifiée pour dire la vérité des faits ! »

Publié le par La Cité Africaine

Intervenant dans la polémique suscitée par la dernière déclaration des évêques,  Delly Sessanga, coordonnateur de l’Alternance pour la République et président du parti Envol, considère que la position de la CENCO correspond à la vérité des faits. ‘’C’est la Cenco qui a organisé ces négociations, elle en connaît le contenu, l’esprit et la lettre et ses membres sont très bien placés pour en donner une interprétation exacte. Je suis d’ailleurs étonné de voir que dans les rangs de la Majorité, aujourd’hui on remet en cause le principe de l’arrangement particulier comme étant un préalable de l’application de l’accord... Cet accord n’a été conçu que pour être appliqué avec l’arrangement particulier. Comment peuvent-ils rester dans l’accord et se dispenser de l’arrangement particulier ? L’accord est un tout, ce n’est pas un kit où on va se saisir des éléments qui vous sont favorables et se débarrasser de ce qui vous contraint. Aujourd’hui ce qui est entrepris ça n’a qu’un nom, le chaos », a déclaré Delly Sesanga.
Sessanga soutient qu’il n’y a aucune autre alternative à l’application de l’accord du 31 décembre 2016. De ce point de vue, il juge que la nomination de Bruno Tshibala comme Premier ministre  a « dénaturé l’Accord et a sorti le fonctionnement des institutions actuelles du compromis tel que négocié et convenu. »
Pour lui, « c’est une responsabilité lourde du chef de l’État et de sa majorité que d’avoir challengé la sécurité du pays, la stabilité des institutions, tout en bafouant la solution politique pour amener le pays aux élections ».
Par ailleurs, s’exprimant auprès de sa base, le coordonnateur de l’AR a catégoriquement démenti sa prétendue rencontre nocturne avec le Premier ministre Bruno Tshibala. ‘’ C’est un mensonge distillé depuis quelques jours juste dans le but de nuire à mon image. .. La dernière fois que j’ai vu Bruno Tshibala c’était à Limete, à l’occasion de la signature du registre de condoléances ouvert à la suite du décès d’Etienne Tshisekedi… Depuis sa nomination comme Premier ministre, je ne l’ai même pas appelé au téléphone pour le féliciter… », a affirmé Sessanga.
L’élu de Luiza accuse le Pouvoir de chercher à « débaucher, acheter les opposants, pour fragiliser l’opposition. »
Sessanga est convaincu que les élections présidentielle et législatives nationales vont se tenir à la fin de cette année et a rappelé les acquis de l’Accord du 31 décembre, à savoir qu’il interdit le référendum et la révision constitutionnelle. Donc, « toutes les manœuvres de tripatouillage de la Constitution sont contrées », déclare Sessanga pour qui « tant que les Congolais seront debout, il n’y aura jamais de révision constitutionnelle ».

CITAF

Publié dans citaf

Commenter cet article