Document: Point de presse du bureau politique de la Majorité présidentielle

Publié le par La Cité Africaine

La réunion du Bureau Politique de ce lundi 10 avril 2017, présidée par le Secrétaire Général de la Majorité Présidentielle, a eu pour objet l’évaluation de la situation politique à la suite de la nomination d’un nouveau Premier Ministre par le Président de la République.
Conformément à ses prérogatives constitutionnelles, prenant compte des dispositions de l’Accord du 31 décembre 2016 au Centre Interdiocésain, par respect de la promesse faite solennellement, lors de son adresse sur l’état de la Nation, au Palais du Peuple, devant les deux Chambres du Parlement réunies en Congrès, Son Excellence Joseph KABILA KABANGE. Président de la République et Chef de l’Etat, a nommé ce 06 avril 2017. Le Premier Ministre chargé de conduire le pays aux élections, en la personne de Monsieur Bruno TSHIBALA. Figure historique de l’Opposition politique congolaise et le bien nommé Porte-parole du Rassemblement.
Le Bureau Politique souligne que la tâche essentielle de ce nouveau Gouvernement consiste à assurer une organisation transparente et crédible des élections selon les dispositions de l’Accord du 31 décembre 2016, comme le reconnaît, ajuste titre, la Résolution 2348 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.
Le nouveau Gouvernement, constate le Bureau politique, aura ainsi pour devoir de garantir et de consolider les conditions sécuritaires et sociales de nos populations, pour écarter raisonnablement tout risque de perturbation sociale susceptible de gêner l’expression authentique de la volonté du Peuple congolais, au moment du choix de ses dirigeants.
Le Bureau politique note qu’au moment où toute l’attention des populations congolaises tourne autour de la désignation du Premier Ministre issu du Rassemblement et sur la capacité contributive de son Gouvernement à réaliser les 2 objectifs majeurs assignés à tout Gouvernement de la République dans les circonstances actuelles aussi bien par l’Accord du 18 octobre 2016 que par celui du 31 décembre 2016. L’UDPS et le G7 tentent vainement de saboter la mise en œuvre de l’Accord de la Saint Sylvestre et la bonne fin des tractations entreprises par le Chef de l’Etat pour la signature de l’Arrangement Particulier, dans une tentative désespérée, en s’adressant directement au Secrétaire Général des Nations Unies.
A ce propos, le Bureau Politique rappelle qu’en tant qu’Etat membre des Nations Unies, la République Démocratique du Congo bénéficie de plein droit de toutes les dispositions pertinentes de sa Charte constitutive, notamment celles relatives à la souveraineté des autorités nationales sur la gestion du pays.
Sans faire attention à leur attitude haineuse et dédaigneuse vis-à-vis du Président de la République qu’ils désignent par un méprisant " Monsieur Kabila " et " sa famille politique ", le Bureau Politique de la Majorité Présidentielle estime de son devoir d’attirer la meilleure attention de Monsieur le Secrétaire général des Nations Unies sur un gros et grossier mensonge que tentent de diffuser l’UDPS et le G7 dans l’opinion internationale, pour surprendre sa bonne foi, en tentant par ailleurs de lui donner la fausse impression que le Rassemblement a un leadership incontesté.
Le Bureau Politique estime qu’en dehors de la Constitution actuellement en vigueur en République Démocratique du Congo, aucun individu ou groupe d’individus ne peut s’arroger la prétention, sur la base de l’Accord du 18 octobre 2016 ou de celui du 31 décembre 2016, d’avoir octroyé la légitimité aux élus dûment mandatés par le peuple congolais, valablement installés dans les institutions de la République à la suite d’élections régulières.
Le Bureau politique note qu’étant incapables d’assumer leurs responsabilités républicaines pour sauver le processus électoral de l’incertitude politique, ces compatriotes radicalisés et sans compassion pour la situation de nos populations, voudraient malicieusement se mettre sous la tutelle du Secrétaire Général pour espérer brouiller les relations de partenariat avec les Nations Unies et contrecarrer avec une certaine efficacité la dynamique nationale en faveur de la normalisation du processus démocratique dans notre Pays afin d’instituer à la place un régime d’exception dont ils prendraient la direction.
Cette attitude autistique qu’ils affichent depuis le décès de Monsieur Etienne TSHISEKED1 WA MULUMBA procède de leur trouble profond et dénote de leur incapacité à exercer un leadership réel sur le Rassemblement dans la conduite des négociations de la CENCO. Ce trouble profond touche la personnalité même du Rassemblement à la suite de l’ego surdimensionné de ses leaders, caractérisés par l’ignorance manifeste de ce qu’ils sont encore réellement, de ce qu’ils représentent dans et pour la communauté nationale et de leur capacité sur le plan politique à modifier l’équilibre des rapports de force.
Aujourd’hui, relève le Bureau politique, ce trouble de la personnalité les pousse- à prendre, comme nous en sommes témoins depuis le dépôt du rapport des Evêques de la CENCO, des décisions déroutantes pour leurs militants à ce jour irrémédiablement divisés, et dévastatrices pour la démocratie dans notre pays.
Compte tenu des exigences et des contraintes de la finalisation du processus électoral, le Bureau politique dénonce la volonté de la branche radicalisée du Rassemblement de bloquer la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016 dans le dessein d’éloigner les perspectives électorales, sans considération des besoins et des aspirations des populations congolaises.
En tout état de cause, le Bureau politique lance un appel pathétique aux forces vives et sociales à ne pas s’associer aux actions politiques de masse telles que programmées par ces éléments radicalisés et désespérés du Rassemblement.
Bien au contraire, elles sont appelées à soutenir la nomination du 1er Ministre comme une avancée significative dans l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre et comme l’expression sans ambages de la détermination du Président KAB1LA de mener, sans atermoiement, le pays aux élections transparentes et crédibles. Le Bureau politique regrette que des pratiques démocratiques reconnues par la Constitution comme les manifestations politiques de masse soient devenues des pratiques fétichistes pour le leadership du Rassemblement qui a besoin du sang des paisibles citoyens pour s’affirmer comme tel.
Pour le Bureau politique de la Majorité Présidentielle, il est temps que la violence de la rue cède définitivement la place à un dialogue constructif entre les acteurs politiques. Agir autrement serait une tentative d’éloigner les perspectives électorales et d’empêcher le Président de la République de mettre en œuvre l’Accord du 31 décembre 2016.
Dans ce contexte, la déclaration de la Délégation locale de l’Union Européenne, en violation de toutes les conventions diplomatiques en la matière, introduit une fausse note en mettant en cause indûment les prérogatives constitutionnelles et la bonne toi du Président KABILA.
La Déclaration sur le prétendu manque de consensus dans la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016, évoqué par ce Communiqué de la Délégation locale de l’Union Européenne est contreproductive et constitue une incitation à la radicalisation des extrémistes du Rassemblement.
Telle n’est pas la contribution que le Bureau politique est en droit d’attendre des partenaires internationaux de la République Démocratique du Congo au regard du principe universellement reconnu du droit des Etats à l’autodétermination, lequel place la question électorale comme un droit interne relevant de la souveraineté de chaque Etat.
En d’autres termes, aucun Etat ou un groupe d’Etats ne peut s’immiscer dans l’organisation des activités politiques internes sans contrevenir à ce principe pertinent des relations internationales.
En tout état de cause, le Bureau politique invite instamment le Gouvernement de la République, par le biais du Ministre des Affaires étrangères, à rappeler à l’ordre le Représentant de la Délégation locale de l’Union Européenne et à dénoncer immédiatement toutes les entorses à la Convention de Vienne, par les voies les plus appropriées et les plus diligentes.
Au nom du peuple congolais, qui aspire à la paix par la normalisation du processus électoral, pour parachever l’effort du pays pour l’émergence économique, le Bureau politique de la Majorité Présidentielle exhorte les membres du G7 et de l’UDPS à revenir à la raison pour le plus grand bien de la population congolaise.
A ce propos, le Bureau politique dénonce vigoureusement l’appel d’un homme politique congolais lancé depuis le territoire d’un pays africain ami et frère demandant aux militaires des forces années de la République de ne pas respecter les consignes et de se rebeller contre l’autorité établie. Il s’agit là d’une infraction d’une gravité extrême au regard du code pénal congolais. Aussi le Bureau politique appelle-t-il les autorités judiciaires compétentes à réprimer avec toute la rigueur de la loi le comportement de ce citoyen incivique.
Le Bureau politique saisit cette occasion pour renouveler et proclamer sa foi en la capacité du Président Joseph KABILA KABANGE à dénouer de façon définitive la phase actuelle de la situation politique, en sa qualité de garant de la Nation.
D’ailleurs, des résultats probants sont déjà perceptibles face aux voies sans perspectives. Face aux voies sans issue où tentent de nous entraîner le G7 et l’UDPS, le Bureau politique reste convaincu que la conscience nationale du peuple congolais mûrie à l’épreuve des circonstances semblables, et le patriotisme de ceux qui partagent la passion du Congo avec le Président Joseph KK. feront barrage à cette dérive démocratique si préjudiciable à notre démocratie, à notre peuple et à la République Démocratique du Congo.
En toute dernière instance, le Bureau politique de la Majorité Présidentielle tient à féliciter Monsieur Bruno TSHIBALA pour sa nomination en qualité de Premier Ministre et lui promet toute sa collaboration dans la réussite de sa noble et patriotique mission.

Ambassadeur André Alain ATUNDU LIONGO
Porte-parole de la Majorité Présidentielle

Publié dans citaf

Commenter cet article