Au pays de l’Oncle Sam

Publié le par La Cité Africaine

Le limogeage du directeur du FBI crée l'émoi à Washington
La récente décision du président Donald Trump de révoquer le premier flic du pays a provoqué indignation et réprobation à Washington. Cette manière de faire,  jugée cavalière par plusieurs observateurs, a soulevé un véritable tollé à gauche comme à droite. D'autant que le locataire de la Maison Blanche s'est parfois montré contradictoire dans ses déclarations.
Pourquoi le président a-t-il décidé de se séparer du numéro un du service spécial qui a la lourde charge de mener une enquête sur les accusations d'une probable interférence du gouvernement russe lors de la présidentielle de 2016?
Hasard du calendrier ou curieuse coïncidence, James Comley a été démis de ses fonctions le jour de la visite à la Maison Blanche du ministère des Affaires Étrangères de la Russie.
Le président Donald Trump peine, de surcroît, à convaincre que sa décision n'aurait aucun lien avec l'enquête du FBI en cours.
Une autre question préoccupante pour de nombreux observateurs: vrai ou faux que le directeur du FBI aurait rassuré Donald Trump sur le fait que le président ne serait pas concerné par l’enquête? Ce qui serait une véritable entorse dans la recherche de la vérité et qui éventuellement pourrait entraîner des conséquences imprévisibles pour le président et pour l'ancien directeur du FBI.
A supposer que Donald Trump ait menti ou cherché à influencer d'une manière ou d'une autre l'enquête, il s'exposerait ipso facto à une procédure de destitution.
Mais ce n'est pas l'avis de la Maison Blanche, où l'on réaffirme l'indépendance de l'enquête et que l'option de la révocation du directeur du FBI aurait été levée bien avant par le président Donald Trump pour son incompétence, après une certaine cacophonie dans les affaires des e-mails de la candidate Hillary Clinton à la présidentielle de 2016.
Ce n'est en tout cas pas l'avis des anciens compagnons de l'ancien directeur du FBI. Son adjoint et actuel intérimaire a, dans une déclaration, dit avoir "le plus grand respect pour ses capacités considérables et son intégrité. Je peux aussi considérer que le Directeur Comley étaient largement soutenu au sein du FBI, et le reste encore aujourd'hui.’’
Andrew Mecabe a promis de poursuivre sans désemparer l'enquête sur les liens entre Moscou et l'équipe de Donald Trump.
Qu'à cela ne tienne. L'ancien directeur du FBI semble, lui, prendre la vie du bon côté, en refusant de faire de sa révocation une fatalité. Bien au contraire. Dans une récente lettre rendue publique après son limogeage, James Comley estime "qu'un président peut renvoyer un directeur du FBI pour n'importe quelle raison ou sans aucune raison. Il espère qu'en période de turbulences, ‘’les Américains devraient percevoir le FBI comme le bloc de compétences, d'indépendance et d'honnêteté."
Et le chef de l'opposition du Parti Démocrate au Sénat d'enfoncer le clou: "Si l'Administration avait des réelles objections à la façon dont le directeur Comley a géré l'enquête Clinton, elles auraient existé dès la prise de fonctions du président Donald Trump."La plupart de Démocrates estimant que Donald Trump cherche plutôt à étouffer un scandale qui risque de l'entraîner vers la chute.
Même tonalité dans la presse, où l'on estime que le président ferait une fuite en avant car, selon le New York Times: "quelques jours avant qu'il soit limogé, James Comeya demandé au ministère de la Justice (dont dépend le FBI) plus de procureurs et d'autres ressources humaines pour accélérer l'enquête sur l'interférence de la Russie dans l'élection présidentielle".
Quant à la chaîne de télévision CNN:"M.Coney a été limogé car il n'avait pas fourni des preuves de loyauté au président des États-Unis et parce qu'il avait accéléré l'enquête sur les liens présumés de l'équipe Trump avec la Russie".
La direction de New York Times a carrément adressé une lettre ouverte au Procureur général des États-Unis lui demandant de "dissiper le sombre nuage de suspicions qui entoure la présidence américaine et de restaurer la confiance des Américains dans leur gouvernement". Fin de citation.
Mais Donald Trump n'en démord pas. Dans différents tweets, il a mis en garde l'ancien directeur du FBI contre certaines prises de positions dans la presse, en insinuant qu'il existerait peut être des enregistrements de leurs récentes conversations.
Ainsi donc, le président Donald Trump procéderait-il à l'enregistrement de ses conversations avec ses interlocuteurs? Une affirmation qui rappellerait le scandale Watergate. Ce qui serait tout à fait gravissime. Ainsi donc, après les cent premiers jours de turbulences à la Maison, Donald Trump paraît être aujourd'hui dans la tourmente.
C'est en tout cas l'avis de tous les observateurs.

Qui sera le prochain directeur du FBI?
Le directeur du FBI évincé sera rapidement remplacé, à en croire une source digne de foi. Plusieurs noms se trouvent sur la "short List’’. Parmi les favoris on citerait notamment Rudy Giuliani et Chris Christie, respectivement ancien Maire de New York et actuel gouverneur de New Jersey. Ils sont tous juristes de formation.
Les deux prétendants-soulignons-le-faisaient partie de l'équipe de campagne de Donald Trump à la dernière présidentielle.
Lors de la formation de l’Exécutif de Donald Trump, ils avaient fait des pieds et des mains pour devenir ministre de la Justice. Mais sans succès, le président Donald Trump ayant jeté son dévolu sur l'ultraconservateur Jeff Sessions.

Va-t-on vers la suppression de point de presse à la Maison Blanche?
Peut-être que le président Donald Trump y réfléchit déjà. En tout cas, il ne serait pas très satisfait de la manière dont serait gérée sa communication. Pour preuve, le porte-parole attitré de la Maison Blanche, Sean Spencer, a été provisoirement mis de côté, la semaine dernière, pour avoir été en contradiction avec le président dans la délicate affaire de révocation du directeur du FBI.
C'est la numéro deux, Huckabee Sanders, qui avait provisoirement pris la parole, avant une nouvelle apparition du titulaire en fin de semaine.
A ce sujet, le président Donald a eu cette réflexion: "En tant que président très actif avec énormément de choses en cours, il n'est pas toujours possible à mes équipes de se tenir sur le podium en ayant une parfaite exactitude de mon action.
La meilleure façon serait peut-être d'annuler tous les points de presse à l'avenir et de remettre des réponses par écrit pour d'avantage d'exactitude"
Intenable, murmure-t-on dans les milieux des correspondants de presse à la Maison Blanche. Vers un nouveau bras de fer ?...

Barack Obama désormais prisonnier des selfies
Tout aurait changé autour du président Barack Obama depuis son départ de la Maison Blanche en janvier dernier. Il se sentirait beaucoup plus libre après s'être "débarrassé" de tous ces gardes du corps rapprochés ou dans l'ombre.
Malheureusement pour le 44ème président des États-Unis, cette fameuse liberté aurait également un prix. Car, de l'avis de Barack Obama lui-même, depuis son départ de la Maison Blanche, il serait devenu prisonnier des "selfies".
Barack Obama, qui a récemment assisté à un forum mondial sur l'alimentation à Rome en Italie auquel avaient pris part  près de 3.000 délégués, y a tenu un discours qui, comme à l'accoutumée, a fait des mouche.
Un seul regret pour l'ancien président : dans la rue aux États-Unis comme à l'étranger, il ne peut déambuler librement sans faire des "selfies". "Je peux désormais me rendre où je veux à la seule condition, estime-t-il, d'accepter de prendre un selfie tous les deux pas".
Mais le président Obama retient également une autre leçon non moins essentielle de son passage à Washington:b"Quand tu es président des États-Unis, tu fais des erreurs tous les jours et la moitié du pays pense que tu es un idiot"… Vraiment !...

 

Suppression du programme sur la nutrition à l'école: la réaction musclée de Michelle Obama
Pas plus tard que mardi dernier nous faisions allusion à la suppression par le nouveau ministre américain de l'Agriculture du programme initié par l'ancienne First Lady, Michelle Obama, pour promouvoir des repas plus sains dans les établissements scolaires, avec moins de sel, de graisses et de sucre.
Profitant d'un sommet sur la santé à Washington la semaine dernière,  l'ancienne Première Dame Michelle Obama n'a pas mis de gants pour exprimer son étonnement à l'annonce de cette dernière mesure gouvernementale. Une déclaration de Michelle Obama largement diffusée par la presse américaine le week-end et que nous nous faisons le devoir de reprendre in extenso: "Il faut vraiment regarder quelles sont les motivations. Se demander: pourquoi ne voulez-vous pas que vos enfants mangent de bonnes choses à l'école. Quel est votre problème?"
Et Mme Obama de poursuivre: "Pourquoi est-ce que cela serait politique? Que se passe-t-il ? Sortez-moi de l'équation. …Vous m'aimez, vous ne m'aimez pas. Mais demandez-vous pourquoi ne voit-on pas de problème à ce que vos enfants mangent des saletés. Voilà le secret: si quelqu'un fait cela,  c'est qu'il ne s'intéresse pas à votre enfant."
Pour une rentrée politique, Michelle Obama a une fois de plus prouvé qu'elle n'a pas sa langue dans sa poche.
L'on devrait naturellement s'attendre à la réaction du ministre visé.

 

NBA/Play-offs: le dernier carré
La finale de la Conférence Ouest a démarré dimanche avec le match au sommet entre le Golden State et San Antonio Spurs. Une rencontre qui aura tenu toutes ses promesses.
Les Texans ont failli créer la surprise en menant au marquoir à la pause, avec près de 20 points de différence, avant de s'incliner au dernier coup de gong, sur un score étriqué de 111-113.
Les amis de Stephen Curry qui livraient le match à domicile l'ont donc échappé belle.
Circonstance atténuante tout de même pour San Antonio qui a perdu son meilleur joueur avec la nouvelle blessure de Kawhi Léonard.
Une seconde rencontre entre les deux formations est prévue ce mardi sur les parquets de Golden State Warrios.
Quant à Cleveland, champion en titre de la NBA , il continue d'attendre avec une certaine impatience le vainqueur de la confrontation entre la surprenante formation de Boston et celle de Washington pour la finale de la Conférence Est.
Notons que Boston Celtics et Washington se trouvent actuellement à égalité parfaite après 6 rencontres de suite: trois victoires pour chaque équipe.
Une septième rencontre devait départager les deux prétendants hier lundi dans la soirée.

MALU

Publié dans citaf

Commenter cet article

Roland DUCOSS 28/07/2017 16:59

Bonjour !
je suis Roland DUCOSS. Il y a de cela 2 ans j'étais un homme malheureux et malchanceux. J'avais divorcé avec ma femme il y a long temps pourtant je l'aimais. Et j'ai parlé de ça sur internet pour avoir des conseils. Parmi tous les conseils que j'ai reçu une femme qui m'a conseillé de contacter un maitre suivit de son mail pour lui expliquer mon cas. Au début je n'avais pas confiance parce que j'ai déjà contacter beaucoup qui m'ont pas satisfait et quand je l'ai contacté, je lui ai expliqué toute la situation de ma femme et moi. Vous savez quoi?
Ce maitre m'a dit qu'il va me faire quelque chose pour que ma femme revienne. Et j'ai passé à quelques rituels.
Et bizarrement dans les sept jours à suivre ma femme est revenu en me suppliant de remarier avec elle, c'est un miracle pour moi en plus de ça j'avais des soucis au travail avec mon directeur tout ces problèmes sont finis et je suis en paix au travail et dans mon foyer. C'est le premier miracle que j'ai vu dans ma vie.
(pour tous vos petits problèmes de rupture amoureuse ou de divorce-maladie-la chance-les problèmes liés a votre personnes d'une manière-les maux de ventre-problème d'enfants-problème de blocage-attirance clientèle-problème du travail,porte monnaie magique,multiplication d'argent ou tant d'autres). Ce maitre est très fort avec lui ma femme est revenue et j'ai eu la satisfaction en 7 jours il est très fort surtout les problèmes de retour affectif.
C'est une personne sérieuse et honnête qui offre son talent a des personnes honnêtes qui sont dans le besoin d'appui spirituel pour avoir satisfaction a tous les problèmes de leur vie actuelle, soit pour s'assurer d'un lendemain meilleur avec leur famille.
je me permets de vous laisser son mail;maitredjakpata@gmail.com:tel:+22961824284:whatsapp:+22961824284:viber;+22961824284