Le viseur: Un choix de raison !

Publié le par La Cité Africaine

L’on continue d’épiloguer sur la cérémonie de signature, devant le Congrès, jeudi dernier, au Palais de la nation, de l’Arrangement Particulier sur l’Accord Politique Global et Inclusif du 31 décembre 2016. Ont effectivement signé : les représentants de la Majorité présidentielle, de l’Opposition politique, de l’Opposition Républicaine et de la Société civile signataires de l’accord du 18 octobre. Dans l’autre camp, en dehors de deux de ses délégués dissidents (Joseph Olengankoy et Jean Pierre Lisanga), les 8 autres membres du Rassemblement, de même que sa Société civile alliée, ont purement et simplement snobé la cérémonie. Quant aux délégués du  Front pour le respect de la Constitution, ils n’ont pu signer que le jour suivant, après avoir demandé une remise de 24 h, le temps, a-t-on cru savoir, d’aplanir certaines divergences subsistant en leur sein et d’obtenir l’aval de leur autorité morale, Jean Pierre Bemba, depuis sa prison de la Haye. 

Tout compte fait, la cérémonie aura eu un éclat plutôt en demi-teinte, l’ombre des absents, notamment la CENCO, pourtant maitre d’œuvre de l’accord du 31 décembre, ayant fortement plané sur la manifestation.

Cela étant, il y aura eu beaucoup à redire sur ce qui s’est passé au Palais du peuple.

Le Rassemblement/Limetea dit ‘’constater une fois encore sans surprise que Joseph Kabila persiste dans son entêtement de liquider purement et simplement l’Accord politique de la Saint Sylvestre’’.Dans le même temps, il invite ‘’ le peuple congolais à se prendre en charge conformément à l’article 64 de la Constitution pour faire échec à ce qu’il qualifie de nouveau coup de force ».Eve Bazaïba,  coordonnatrice du Front pour le respect de la constitution, s’est également  démarquée, dénonçant  ‘’une manœuvre machiavélique de plus de la Majorité pour cette fois mettre le FRC dans sa gibecière ’’. Pour d’autres  encore, il s’agissait là  ‘’ d’un  rétropédalage démocratique, et d’un  dérangement du processus mis en place plutôt que d’un arrangement’’.

En fait, l’initiative prise par Aubin Minaku et Kengo wa Dondo de convoquer le Congrès pour ce type de cérémonie a étonné, puisqu’aussi bien elle n’entre pas dans les tâches traditionnelles du Parlement, comme l’admettra le président du sénat lui-même.

L’on a conjecturé aussi sur la portée de cette entreprise, dans la mesure où le Congrès n’a pris aucun acte engageant le Parlement par rapport à cet accord.  Ni loi, ni résolution, ni recommandation marquant l’adoubement de l’accord. D’autre part, objectent certaines critiques, en mentionnant que ‘’le choix du Premier Ministre doit être opéré sur base de la pluralité des candidatures présentées par le Rassemblement’’, le texte de cet arrangement a dénaturé celui de l’accord  qui stipule que ‘’le Premier Ministre est présenté par le Rassemblement’’. De même cet autre décrochage en ce qui concerne la désignation du président de la CNSA. L’accord indique que le président du CNSA appartient au Rassemblement, en la personne de son président du Conseil des sages. Or, le texte de l’Arrangement particulier confie aux 28 membres du CNSA le soin de désigner consensuellement leur président, le poste restant désormais ouvert à toutes les composantes de l’Opposition.

Autres questions : la manière dont les choses se sont passées renforce-t-elle le consensus,  met-elle sur la voie de sortie de  la crise politique? La signature de l’arrangement par seulement deux éléments du Rassemblement, conforte-t-elle la représentativité de ce camp, fer de lance de la partie adverse au camp du pouvoir dans les négociations de la CENCO ?

On peut allonger les interrogations et les observations. Mais, ce que bon nombre d’observateurs soutiennent c’est que tout aurait dû se faire à la lumière de  la résolution 2348.  Celle-ci ‘’demande en effet à toutes les parties prenantes en République démocratique du Congo, y compris au Président Kabila, de mettre en œuvre sans délai l’accord du 31 décembre 2016, en toute bonne foi et dans son intégralité, et à redoubler d’efforts en vue de parvenir rapidement à la conclusion des pourparlers sur les " arrangements particuliers ". Mais encore  elle ‘’exprime son plein appui à la médiation conduite par la CENCO, et prie le Secrétaire général de fournir un appui politique à ces efforts, notamment en usant de ses bons offices’’.  Le chemin était donc tout tracé par l’ONU. L’on n’aurait pas dû sortir de là. 

Mais qu’importe, à présent ? Au point où l’on en est, il ne servirait à rien de continuer à ratiociner. Même si la crise n’est  pas résorbée, force est de se rendre à l’évidence que la dernière ligne droite est désormais engagée vers les élections. Et, en tant que témoin de la signature de l’Arrangement, le Parlement y a accordé sa caution politique et morale. Il ne faudrait donc plus aux Tshisekedistes retomber dans cette situation qui, en 2011, les a  vus rejoindre finalement un processus politique et électoral duquel ils s’étaient  mis à l’écart, en boycottant l’enrôlement puis le referendum en 2005.  Félix et ses amis doivent se montrer pragmatiques et pratiques. Au risque de  laisser la construction de l’alternance se faire sans eux, sinon contre eux, les radicaux de Limete auraient intérêt à réévaluer la situation pour ne pas louper définitivement le coche. Il ne s’agit sans doute pas de faire un choix d’adhésion au schéma mis en place par le camp au pouvoir. Il s’agit de faire un choix de raison. C’est à cette quête justement que devraient s’employer désormais les bons offices de l’ONU.

Mantha L

Publié dans citaf

Commenter cet article

Roland DUCOSS 28/07/2017 17:05

Bonjour !
je suis Roland DUCOSS. Il y a de cela 2 ans j'étais un homme malheureux et malchanceux. J'avais divorcé avec ma femme il y a long temps pourtant je l'aimais. Et j'ai parlé de ça sur internet pour avoir des conseils. Parmi tous les conseils que j'ai reçu une femme qui m'a conseillé de contacter un maitre suivit de son mail pour lui expliquer mon cas. Au début je n'avais pas confiance parce que j'ai déjà contacter beaucoup qui m'ont pas satisfait et quand je l'ai contacté, je lui ai expliqué toute la situation de ma femme et moi. Vous savez quoi?
Ce maitre m'a dit qu'il va me faire quelque chose pour que ma femme revienne. Et j'ai passé à quelques rituels.
Et bizarrement dans les sept jours à suivre ma femme est revenu en me suppliant de remarier avec elle, c'est un miracle pour moi en plus de ça j'avais des soucis au travail avec mon directeur tout ces problèmes sont finis et je suis en paix au travail et dans mon foyer. C'est le premier miracle que j'ai vu dans ma vie.
(pour tous vos petits problèmes de rupture amoureuse ou de divorce-maladie-la chance-les problèmes liés a votre personnes d'une manière-les maux de ventre-problème d'enfants-problème de blocage-attirance clientèle-problème du travail,porte monnaie magique,multiplication d'argent ou tant d'autres). Ce maitre est très fort avec lui ma femme est revenue et j'ai eu la satisfaction en 7 jours il est très fort surtout les problèmes de retour affectif.
C'est une personne sérieuse et honnête qui offre son talent a des personnes honnêtes qui sont dans le besoin d'appui spirituel pour avoir satisfaction a tous les problèmes de leur vie actuelle, soit pour s'assurer d'un lendemain meilleur avec leur famille.
je me permets de vous laisser son mail;maitredjakpata@gmail.com:tel:+22961824284:whatsapp:+22961824284:viber;+22961824284