Le viseur: Des yeux pour ne pas voir !

Publié le par La Cité Africaine

Depuis la clôture en queue de poisson, fin mars dernier, des discussions directes pilotées par la CENCO sur l’arrangement particulier de l’accord de la Saint Sylvestre, Kinshasa s’est pris d’une véritable frénésie diplomatique.  Toujours entre deux avions, des ‘’missi dominici’’ présidentiels, avec à leur tête le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, sillonnent les capitales africaines pour expliquer,  à leur  corps défendant, les efforts consentis  par le pouvoir et les avancées engrangées afin de sortir de l’impasse électorale et politique qui étreint la RDC. Dans le même temps, des médias internationaux ont fait  état d’activités de lobbying menées en Occident, à grand renfort de moyens financiers remis à des agences internationales de marketing politique, pour soigner l’image ternie du leadership de la RDC. On attendait de voir récolter le bénéfice de ce déploiement diplomatique sans pareil. Hélas ! Force est de constater que l’opinion internationale continue de garder en bien piètre estime la gouvernance démocratique et politique de la RDC et  que le forcing de Kinshasa n’a en rien modifié son jugement. Ce lundi en effet, l’Union Européenne a décidé de placer sous l’infamant régime de sanctions neuf personnalités congolaises, dont  trois ministres, deux gouverneurs de province, trois hauts responsables des services militaires et des renseignements et un ancien chef rebelle. Ces personnalités sont épinglées, chacun dans son secteur d’influence, pour une série d’actes mettant en péril la démocratie et les droits de l’homme en RDC. Il s’agit notamment de : répression violente et usage disproportionné de la force,  crimes contre l’humanité, entrave du processus démocratique, politique répressive contre les médias, « politique qui viole le droit à la liberté d'expression et d'information et compromet une solution consensuelle et pacifique en vue de la tenue d'élections ». Tous ces Messieurs sont désormais déclarés ‘’personae non gratae’’  sur le territoire de l’Union Européenne, et sont visés par le gel de leurs avoirs ainsi que par l'interdiction de percevoir des fonds de quelqu'un en Europe.

A Kinshasa, les cercles du pouvoir ne décolèrent pas. Ils considèrent que ces sanctions sont illégales et participent d’un mépris pour la souveraineté et l’indépendance de la RDC.  Mais, pour l’Union Européenne, les "sanctions" constituent un instrument essentiel de pression. Elles sont utilisées dans le dessein de susciter un changement de politique ou de comportement de la part des personnes ou entités visées, afin de promouvoir les objectifs de la politique étrangère et de sécurité commune de l’UE. A savoir en l’occurrence: préserver les valeurs, les intérêts fondamentaux et la sécurité de l'UE ; préserver la paix ; consolider et soutenir la démocratie, l'État de droit, les droits de l'homme et les principes du droit international ; prévenir les conflits et renforcer la sécurité internationale.

Pour l’UE, il ne sert à rien de vouloir agiter dans l’opinion nationale congolaise la corde du nationalisme étriqué  , car c’est précisément pour sauver cette nation congolaise en péril, disent les Occidentaux , qu’ils sont amenés à mettre la pression sur des dirigeants  qui veulent abuser de notions galvaudées et dévoyées de souveraineté et d’indépendance. Ce sont les violences au Kasaï, « d’une ampleur exceptionnelle sur le plan à la fois sécuritaire, humanitaire et des droits de l’Homme » qui, explique-t-on, ont poussé les Européens à sévir une nouvelle fois, au nom du droit international d’ingérence humanitaire.

Au demeurant,  « toutes les mesures restrictives adoptées, soutient-on encore à  l'UE, sont conçues de telle sorte que se trouvent réduits  au maximum les effets sur la population civile locale et satisfont pleinement aux obligations découlant du droit international. Car, explique un expert congolais  du droit international, ‘’dès lors qu’un pays a signé des accords avec l’UE sur la gouvernance démocratique et les respects des droits de l’homme, cette dernière peut prendre des sanctions sur les personnalités de ces pays qui violent ces accords’’.

Cela dit, Il faut rappeler que sept autres officiels congolais, des membres de l'armée et de la police, avaient déjà été sanctionnés en décembre 2016 pour de graves violations des droits de l'homme. Ce qui se passe aujourd’hui pousse à penser  que  cette démarche n’aura donc  pas dissuadé les activités délictueuses présumées, puisqu’aussi bien l’on est amené à prendre des sanctions à nouveau. Rappelons également qu’en décembre, Kinshasa, fou de rage, avait dit son fait à l’ambassadeur de l’Union Européenne en RDC et proféré des menaces suite à ces immixtions offensantes, dominatrices et intolérables. Manifestement ici non plus, les énervements de Kinshasa n’ont pas impressionné grand monde car ces Occidentaux n’ont pas infléchi leur fermeté et leur détermination à continuer d’en découdre. Voilà donc qui conduit aujourd’hui à s’interroger sur l’efficacité réelle de ces sanctions.  A l’Union Africaine, l’on se montre d’ailleurs très sceptique voire opposé à ce type d’humiliations qui ne font que pousser à se braquer par amour propre au lieu de faire bouger véritablement les lignes.

Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Ni pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Mantha L.

Publié dans citaf

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Roland DUCOSS 28/07/2017 16:46

Bonjour !
je suis Roland DUCOSS. Il y a de cela 2 ans j'étais un homme malheureux et malchanceux. J'avais divorcé avec ma femme il y a long temps pourtant je l'aimais. Et j'ai parlé de ça sur internet pour avoir des conseils. Parmi tous les conseils que j'ai reçu une femme qui m'a conseillé de contacter un maitre suivit de son mail pour lui expliquer mon cas. Au début je n'avais pas confiance parce que j'ai déjà contacter beaucoup qui m'ont pas satisfait et quand je l'ai contacté, je lui ai expliqué toute la situation de ma femme et moi. Vous savez quoi?
Ce maitre m'a dit qu'il va me faire quelque chose pour que ma femme revienne. Et j'ai passé à quelques rituels.
Et bizarrement dans les sept jours à suivre ma femme est revenu en me suppliant de remarier avec elle, c'est un miracle pour moi en plus de ça j'avais des soucis au travail avec mon directeur tout ces problèmes sont finis et je suis en paix au travail et dans mon foyer. C'est le premier miracle que j'ai vu dans ma vie.
(pour tous vos petits problèmes de rupture amoureuse ou de divorce-maladie-la chance-les problèmes liés a votre personnes d'une manière-les maux de ventre-problème d'enfants-problème de blocage-attirance clientèle-problème du travail,porte monnaie magique,multiplication d'argent ou tant d'autres). Ce maitre est très fort avec lui ma femme est revenue et j'ai eu la satisfaction en 7 jours il est très fort surtout les problèmes de retour affectif.
C'est une personne sérieuse et honnête qui offre son talent a des personnes honnêtes qui sont dans le besoin d'appui spirituel pour avoir satisfaction a tous les problèmes de leur vie actuelle, soit pour s'assurer d'un lendemain meilleur avec leur famille.
je me permets de vous laisser son mail;maitredjakpata@gmail.com:tel:+22961824284:whatsapp:+22961824284:viber;+22961824284