Le viseur/ Tshibala : Gouverner autrement !

Publié le par La Cité Africaine

Deux éléments majeurs auront marqué les esprits, lors de la défense par le Premier ministre Bruno Tshibala du projet de loi de finances de l’Etat pour l’exercice 2017, devant les députés. D’abord la hauteur de ce budget, évalué en équilibre à 11.301,7 milliards FC contre 6.694,5 milliards FC pour le précédent budget, soit une augmentation de 69,8%. La dollarisation de l’économie étant de rigueur ici, l’actuel budget ferait quelque 7 milliards $ contre 4,5 milliards $ pour le précédent. Deuxième élément : l’avalanche de critiques formulées durant le débat général. Beaucoup de députés ont discrédité ce budget. Pour les uns, ce projet est utopique, irréaliste et irréalisable, si l’on tient compte du peu de temps-soit six mois- qui restent à courir, l’expérience ayant démontré que la capacité de mobilisation des recettes des services de l’Etat congolais ne dépasse guère les 70%.  Pour les autres, le budget proposé est injuste, car ne prenant pas en compte l’ajustement des rémunérations par rapport à la décote du Franc Congolais vis-à-vis du dollar, la monnaie de référence, cependant que les recettes sont réalisées sur la base du taux de change actualisé. A en croire les pourfendeurs de ce budget, il était, de la part du Premier ministre, l’expression, soit d’une méconnaissance criante des réalités économiques du pays, soit d’un optimisme béat, ou encore de la pure démagogie conduisant à dire aux gens ce qui est agréable aux oreilles, dans le but de se faire accepter par une opinion très réservée sinon hostile. Eh bien, répondant à ces préjugés et accusations, le Premier ministre a donné aux députés une leçon mémorable d’ambition économique et de  volontarisme politique. Ambition, car le Premier ministre dira aux députés que ‘’si le temps qui est imparti au Gouvernement d’union nationale pour réaliser ses missions prioritaires n’était pas aussi court, nous allions présenter à la Représentation nationale un budget de l’Etat qui ferait le double de celui qui est soumis actuellement à son examen’’ ! Parce qu’un pays comme la RDC ne mérite pas un si maigre budget. Volontarisme aussi, parce que le Premier ministre entend forcer le destin en allant au-delà de ce qu’il était coutume de faire dans ce pays.  Bruno Tshibala mise  sur une série de mesures économiques dont  l’application rigoureuse va impacter indubitablement et positivement le budget des recettes prévu dans le projet de loi de finances 2017. Il s’agit notamment de : la lutte contre la corruption, la fraude fiscale et douanière ; l’élargissement de l’assiette fiscale ;  les sanctions exemplaires contre les fraudeurs et les dirigeants incompétents ; l’amélioration du climat des affaires.
En fait, l’on devrait plutôt s’étonner du réflexe minimaliste qu’ont développé  nos députés. L’on peut rappeler que dans ce pays, une étude non complaisante menée par le  conseiller spécial du chef de l’État en matière de bonne gouvernance, de lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux a révélé qu’il se déroulait dans ce pays , chaque année, une évasion fiscale de quelque 15 milliards USD au détriment du Trésor public, du fait de la corruption, de la fraude et des détournements. Oui, quinze milliards !  En mai 2013, un état des lieux édifiant sur les finances de l’Etat avait dénoncé ‘’ le coulage de recettes’’ au détriment du budget national. Sans oublier que toutes ces dernières années, Transparency International place la RDC parmi les meilleurs suppôts de la corruption dans le monde. En d’autres termes, il suffirait de prendre des mesures pour contrer le fléau ainsi décrié pour voir, automatiquement, comme par enchantement, le budget de l’Etat connaitre un bond spectaculaire.  C’est dans ce contexte justement qu’arrive un nouveau Premier ministre, blanchi sous le harnais de l’opposition, qui monte au créneau pour dire qu’il n’y a aucune fatalité à la médiocrité budgétaire actuelle, et qu’il est déterminé, lui, à mener triomphalement la bataille de la moralisation de la vie publique. Pourquoi ne pas lui accorder le bénéfice du doute ? Sachant par ailleurs que cet homme est plutôt ‘’ vierge’’, qu’il n’a pas de réseaux à  ménager, n’ayant jamais eu à diriger, qu’il n’a pas quelques puissants lobbies dont il doive protéger les intérêts maffieux, n’ayant aucune accointance avec ce genre de coquins. Au lieu de cultiver le scepticisme et le pessimisme, ne devrait-on pas précisément se reposer sur ces atouts pour faire bouger les choses dans ce pays ? S’ils se préoccupent tant de ce peuple, ces députés qui ont dénoncé un budget antisocial, ne devraient-ils pas justement  saisir la main d’association que leur offre ce nouveau Premier ministre pour aller en campagne contre les antivaleurs qui minorent le budget de ce grand pays ? Ce dont aurait besoin le Premier ministre maintenant, c’est de députés résolus, véritablement patriotes, qui peuvent dépasser les postures de chapelle pour créer, avec lui, ‘’la glasnost’’, une opération ‘’mains propres’’, au sein de notre société, afin d’enclencher une nouvelle dynamique qui mette mal à l’aise les resquilleurs, les prévaricateurs, les maffieux, les contrebandiers,  les délinquants en col blanc, les kulunas en cravate, où qu’ils se trouvent. Les députés, par leurs interpellations, commissions d’enquête et autres mécanismes parlementaires,  disposent des moyens de contrôle qui peuvent asseoir cette bataille du Premier ministre en vue de  ‘’gouverner autrement’’. Ce dont a besoin notre société, c’est qu’il y ait une telle prise de conscience collective et une telle mouvance que les hors la loi et les cadres véreux ne se sentent plus en sécurité, que les malhonnêtes poursuivis ne passent plus pour des victimes, que les auteurs d’enrichissement illicite ne deviennent plus  des héros et des exemples, que les signes extérieurs de richesse non justifiée soient interpellés. Alors, l’on ne se posera plus de question sur la modicité de notre budget. Il s’agit en définitive d’aider Bruno Tshibala à gouverner autrement, y compris contre les intouchables et les systèmes établis. Impossible n’est peut-être pas Tshibala. Qui veut peut !

Mantha L.

Publié dans citaf

Commenter cet article

Roland DUCOSS 28/07/2017 16:34

Bonjour !
je suis Roland DUCOSS. Il y a de cela 2 ans j'étais un homme malheureux et malchanceux. J'avais divorcé avec ma femme il y a long temps pourtant je l'aimais. Et j'ai parlé de ça sur internet pour avoir des conseils. Parmi tous les conseils que j'ai reçu une femme qui m'a conseillé de contacter un maitre suivit de son mail pour lui expliquer mon cas. Au début je n'avais pas confiance parce que j'ai déjà contacter beaucoup qui m'ont pas satisfait et quand je l'ai contacté, je lui ai expliqué toute la situation de ma femme et moi. Vous savez quoi?
Ce maitre m'a dit qu'il va me faire quelque chose pour que ma femme revienne. Et j'ai passé à quelques rituels.
Et bizarrement dans les sept jours à suivre ma femme est revenu en me suppliant de remarier avec elle, c'est un miracle pour moi en plus de ça j'avais des soucis au travail avec mon directeur tout ces problèmes sont finis et je suis en paix au travail et dans mon foyer. C'est le premier miracle que j'ai vu dans ma vie.
(pour tous vos petits problèmes de rupture amoureuse ou de divorce-maladie-la chance-les problèmes liés a votre personnes d'une manière-les maux de ventre-problème d'enfants-problème de blocage-attirance clientèle-problème du travail,porte monnaie magique,multiplication d'argent ou tant d'autres). Ce maitre est très fort avec lui ma femme est revenue et j'ai eu la satisfaction en 7 jours il est très fort surtout les problèmes de retour affectif.
C'est une personne sérieuse et honnête qui offre son talent a des personnes honnêtes qui sont dans le besoin d'appui spirituel pour avoir satisfaction a tous les problèmes de leur vie actuelle, soit pour s'assurer d'un lendemain meilleur avec leur famille.
je me permets de vous laisser son mail;maitredjakpata@gmail.com:tel:+22961824284:whatsapp:+22961824284:viber;+22961824284